avril 22, 2024

Salamabila : des filles et femmes fouettées nues

Spread the love

Torturées, humiliées, des femmes et filles dans le village de Machapano, secteur de Bangubangu Salamabila, territoire de Kabambare dans la Province du Maniema ont été déshabillées et  foutées par le « Maimai Malaika » qui font la loi dans ce coin du pays ce 20 janvier 2023.

Pour cause, elles se seraient mal habillées. Selon l’ordre imposé par cette milice ; de ne jamais voir la femme ou filles en pantalons, jupe et robe courte.

Des témoignages en condamnation

« C’est inadmissible dans un pays démocrate et souverain qu’on envisage des histoires pareilles. à Salamabila les mai-mai font la loi. La femme ne doit pas porter un pantalon, une courte jupe et autres » selon Jérémie Mukunda, habitant.

« Absence de l’État ou quoi ? Une fillette tabassée comme un serpent, après avoir désobéi à l’appel de (MaiMai) interdisant le port d’une minijupe, et ou un pantalon pendant la journée, » a écrit Fortunat Balolage sur son compte twitter.

« Pourquoi là où se trouvent les groupes armés non concernés par l’accord de Luanda, l’armée congolaise ne peut pas intervenir pour y restaurer l’autorité de l’État ? » Se questionne Maswangi Patrick.

« C’est inacceptable de voir les filles et femmes être fouettées nues comme à l’époque de l’esclavage. Le gouvernement central et le gouvernement provincial se doivent de prendre de mesures devant garantir la protection et la sécurité des citoyens, » a écrit Matata Mpongo sur son compte twitter.

De son côté, l’Initiation des Jeunes et de Femmes pour le Développement Communautaire (IJFDC en sigle), condamne ces actes d’atrocités et lance un appel :

« Nous lançons un appel à toutes les autorités, les organisations internationales et nationales, les forces vives, la société civile, les partis politiques à dénoncer cette barbarie dont les femmes et hommes sont victimes. Tout le monde a droit à une justice sereine et une protection. Nous réclamons justice à ces victimes et hommes qui se lèvent pour dénoncer cette violence dont les femmes sont victimes. » 

Que dit la loi ?

À l’article 14, premier Chapitre : des droits civils et politiques de la Constitution de la République démocratique du Congo, il est dit :

« Les pouvoirs publics veillent à l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard de la femme et assurent la protection et la promotion de ses droits.

Ils prennent, dans tous les domaines, notamment dans les domaines civil, politique, économique, social et culturel, toutes les mesures appropriées pour assurer le total épanouissement et la pleine participation de la femme au développement de la nation.

Ils prennent des mesures pour lutter contre toute forme de violences faites à la femme dans la vie publique et dans la vie privée. La femme a droit à une représentation équitable au sein des institutions nationales, provinciales et locales.

L’Etat garantit la mise en œuvre de la parité homme-femme dans les dites institutions. La loi fixe les modalités d’application de ces droits. »

Il revient donc à l’Etat d’appliquer cette loi afin d’assurer la protection de la femme congolaise.

De la Résolution 1325

La Résolution 1325 du conseil de Sécurité des Nations Unies, à son deuxième pilier, promeut la protection de la femme. Les femmes ne devraient plus être victimes, mais des actrices de la paix et la sécurité, de pacificatrices.

Notons que Salamabila est une entité sous contrôle de la milice   » Mai-Mai Malaika  » dirigé par un certain Kabala et qui sème la terreur.

Divin Cirimwami.