mars 1, 2024

Sud-Kivu : devons-nous espérer à un Aganze 2e après Aganze 1er ?

Spread the love

L’artiste musicien Déogratias Bashengezi Kahu, connu sous le nom    de « Aganze 1er » vient d’être inhumé ce lundi 10 juillet 2023, à Chagala dans la chefferie de Ngweshe en territoire de Walungu, Province du Sud-Kivu.

Visages attristés, famille inconsolable accompagnée d’une forte délégation venue de Kinshasa, dirigé par la communauté Bashi Bahavu (Cinyabuguma), les artistes venus du Nord-Kivu, une délégation du gouvernement provincial sous la conduite du ministre de la Culture et art, ainsi que les artistes de la musique traditionnelle du Sud-Kivu étaient au rendez-vous pour accompagner cette icône dans sa dernière demeure.

Lire aussi : Bukavu : avec larmes aux yeux, la population accueille le corps de Aganze 1er

« Une œuvre parachevée fait à ce que son auteur vive à jamais aux yeux de tout ce qui l’écoute » Kazembe Vianney.

Des témoignages

Jean-Marie Kazembe Vianney, artiste de la musique traditionnelle « Lega », témoigne que grâce à sa collaboration avec Anganze 1er, la musique de l’Est s’est imposée sur la scène nationale et internationale.

« Avec Anganze 1er, on a beaucoup travaillé, donc c’est quelqu’un avec qui on a porté haut l’étendard de la musique de l’Est.

Ne croyez pas que nous fûmes des opposants, nous étions des amis pour se compléter. Si je voulais gagner l’argent, j’appelais Aganze pour organiser des concerts jumelés et ce sont toutes les communautés qui se réunissaient.

Vous savez qu’à Bukavu ont joué seulement la musique Kinoise, mais avec notre avènement et collaboration, notre musique est jouée partout au monde, » a-t-il témoigné.

Lire aussi : Sud-Kivu : la famille de Angaze 1er salue l’implication de la Communauté Cinyabuguma 

Un regret ou un espoir ?

Kazembe Vianney, dit regretter du fait qu’ils avaient plusieurs projets à exécuter ensemble, mais malheureusement sans succès.

Artiste Jean-Marie Kazembe

Il dit également avoir un grand espoir des œuvres parachevées que laissent son coéquipier et plusieurs jeunes artistes formés dès son vivant. C’est-à-dire que cette nouvelle génération va continuer son œuvre.

« Alors qu’on préparé une tournée ensemble dans tous les territoires pour prêcher la cohabitation pacifique, fort malheureusement, il nous quitte sans prévenir.

Mais une seule chose est qu’une œuvre parachevée, fait à ce que son auteur vive à jamais aux yeux de tout ce qui l’écoute. Il perpétue son existence même dans l’au-delà, » ajoute cet artiste.

De son côté, Madame Hortense Mapera de la musique traditionnelle Shi, elle se dit être reconnaissante de voir les jeunes s’intéresser à la musique traditionnelle grâce aux efforts de Aganze 1er.

Artiste Hortense Mapera devant le cortège.

« Anganze était pour moi un père, un frère, un ami, à chaque fois que je recourais vers lui pour des conseils, il ne manquait jamais à me les prodiguer et tout un tant d’histoires. 

Il a laissé notre musique à un niveau très haut . Ce n’est pas facile, mais non plus impossible parce que nous avons une nouvelle génération et beaucoup d’artiste jeunes, se donnent actuellement à la musique traditionnelle. C’est un point tellement positif dans notre communauté. Ils comprennent que ce n’est pas la musique étrangère qui intéresse seulement, mais surtout notre identité. La musique traditionnelle Shi étant très riche, moi, j’espère à une génération où on trouvera un autres Aganze 2, 3 sous notre orientation,  » témoignage-t-elle.

Pour rappel, Aganze 1er est mort le 20 juin 2023 à Kinshasa dans son domicile, les causes en sont jusqu’à présent inconnues.

Mitterrand Rukozo.