février 28, 2024

Sud-Kivu: les agents de l’Assemblée provinciale victimes de « gouverner autrement », les nouveaux élus en payent le prix

Spread the love

L’Assemblée provinciale du Sud-Kivu est dans l’impasse. En grève depuis le 30 janvier 2024 pour réclamer le paiement de 32 mois d’arriérés de salaire, les agents administratifs et techniques bloquent l’accès au bâtiment, empêchant la tenue de la rentrée parlementaire prévue ce lundi 5 février.

Malgré la convocation de la plénière inaugurale par le président sortant de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu Zacharie Lwamira, cela n’a pas empêché les agents administratifs et techniques de ce perchoir d’en durcir leur sit-in.

Certains élus venus participer à cette plénière ont constaté une situation inhabituelle.

Ces agents placés devant l’entré du bureau, brûlés des pneus, des gros baffles installé à l’entrée du bureau avec musique à une volume eclatente , des sifflets dans leur bouches pour faire et écouter leurs revendications.

Comme on pouvait aussi constater dans le bureau de la plénière, une cuisine bien installée à l’entrée, les casseroles, assiettes, brasero et braises pour cuisiner à manger. A l’estrade des matelas installé où ils passent nuit .

Cette situation est le résultat de la politique de « gouverner autrement » prônée par l’autorité provinciale, qui a délibérément privé l’Assemblée Provinciale de sa dotation pendant 20 mois.

Constatant toutes ces imbroglio, Zacharie Lwamira a demandé aux élus de rentrer, d’où une date ultérieure leur sera communiqué

Pour le président syndical, Monsieur Gustave Bujiri, expliqué que leurs revendications est un droit qui figure dans les édits et repris dans le journal officiel.

« Nous faisons une lutter noble parce que nous avons travailler pour l’Etat congolais pendant 20 mois et 12 mois pour le pouvoir central et nous n’avons pas été payé et donc nous continuons à revendiquer »revendique t-il.

et d’ajouter,

 « Par conséquent nous demeurons en grève et toutes les portes de l’assemblée restent fermées jusqu’à ce que nous puissions être remis dans nos droits » ajoute t-il.

Gustave Bujiri, à expliqué que même si , ils n’étaient pas en grève, la plénière n’aurait pas avoir lieu car il y a un problème logistique, les agents n’ont pas encore reçu la liste des élus envoyé par la CENI, des tous les députés qui doivent sièges, mais élus doivent passer au bureau deux semaine avant la plénière pour s’enregistrer .

Rappelons qu’ils sont en sit-in depuis le 30 janvier 2024, ces manifestants jurent qu’ils quitteront cet endroit ou laisseront l’accès libre aux nouveaux élus que lorsque leur salaire est payé,

Mitterrand Rukozo 

You cannot copy content of this page