avril 21, 2024

RDC : les jeunes appellent à l’action pour mettre fin à la guerre à l’Est

Spread the love

La jeunesse congolaise est la première victime de la guerre à l’Est de la RDC. Des milliers de jeunes ont été enrôlés de force dans les groupes armés, d’autres ont été contraints de fuir leurs villages et d’abandonner leurs études. « L’avenir de toute une génération est en danger ».

La Coalition Congolaise Jeunesse, Paix et Sécurité vient de sortir une déclaration ce 20 février 2024 sur la guerre sui prévaut à l’Est de la RDC et qui appel à l’action pour mettre fin à la guerre à l’Est du Pays.

La résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la jeunesse, la paix et la sécurité souligne sur les jeunes constituent une part importante des populations civiles affectées par les conflits armés, qu’ils soient réfugiés ou déplacés ; le manque d’accès à l’éducation et aux perspectives économiques pour les jeunes entrave gravement la consolidation d’une paix durable et la réconciliation.
Il est donc crucial de prendre en compte les besoins et les aspirations des jeunes dans les efforts de paix et de sécurité.

Constatant que des milliers des jeunes de l’Est de la RDC ont subi des graves violations de droits de l’homme sous un silence inquiétant de la communauté tant nationale qu’internationale; que plusieurs pertes en vies humaines, en majorité des jeunes et des femmes, continuent d’être enregistrées ;

Que malgré les différents efforts et initiatives de paix entrepris au niveau national et régional, la guerre avance de plus en plus vite et des grandes cités avec des grandes agglomérations des civils sont ciblées;

« Nous, jeunesse congolaise, réunie au sein de la coalition congolaise jeunesse, paix et sécurité (CJPS RDC) réunissant des organisations de la société civile dirigées et centrées sur la jeunesse, demandons ce qui suit « :

Au Gouvernement de la RDC : d’user de sa souveraineté pour protéger l’intégrité du territoire national et garantir la paix et la sécurité aux populations situées dans les zones de conflit ; de renforcer les mécanismes de protection et d’assistance aux personnes déplacées en internes, en promulguant une loi et une stratégie nationale tout en affectant des moyens conséquents, conformément à la convention de Kampala ;

Aux organisations et mécanismes régionaux de paix, de venir à la rescousse de la population congolaise victime d’une guerre injuste, en prenant des mesures contraignantes à l’encontre des dirigeants du M23 et leurs commanditaires ;

– L’adoption des lois et des politiques qui favorisent l’inclusion et l’engagement des jeunes et des organisations de la société civile dans les instances de prise de décisions actives et les processus de paix aux niveaux national et régional ;

– Une justice juste et équitable et la réparation à l’égard des victimes des guerres de l’Est de la RDC notamment celles de la barbarie humaine perpétrée en ces jours au Nord-Kivu par les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda ;

– L’implication des Nations-Unies dans la mise en place d’un tribunal pénal spécial pour la RD Congo en se servant du rapport Mapping pour sanctionner tous les auteurs directs et indirects des atrocités commises sur les populations civiles en RDC.

À noter que c’est depuis la fin de l’année 2023, la situation est devenue de plus en plus instable avec la résurgence du M23 qui est soutenu par certains pays voisins. La guerre entre ce groupe terroriste et les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et les Wazalendo a provoqué des tensions diplomatiques entre le Rwanda et la RDC.

Divin Cirimwami

You cannot copy content of this page