avril 25, 2024

Bukavu : des journalistes formés sur la couverture médiatique en période électorale dans les zones de conflit

Spread the love

Des journalistes viennent d’être formés sur la manière d’informer en période pré- et post-électorale dans les zones de conflit. Cet atelier de formation de deux jours s’est déroulé du 20 au 21 février 2024 à Bukavu, dans la salle de réunion des Journalistes Amis de l’Enfant (RJAE).

Au cours de cette formation en cascade, les participants ont identifié les défis majeurs auxquels font face les journalistes exerçant leur métier dans les zones de conflit en période électorale. Parmi ces défis, on peut citer : la faiblesse des moyens, l’insécurité physique des journalistes, l’accès difficile aux sources, les pressions éditoriales et le militantisme

Ces défis ont été soulevés lors de l’atelier de formation et ont fait l’objet de discussions approfondies.

Ignace Bonane, l’un des facilitateurs de l’atelier, a déclaré que cette formation permettra aux participants d’améliorer leur travail tout en privilégiant l’éthique et la déontologie du métier de journaliste.

« C’était une question de restituer à mes confrères les acquis de la formation à laquelle nous avons participé. En tant que journalistes formateurs, nous avons eu le courage d’inviter d’autres confrères pour échanger sur cette thématique très pertinente. Comme vous le savez, nous sommes en période électorale à tous les niveaux. Il y a eu beaucoup de dérapages, de défis et d’obstacles. C’est pourquoi, le premier jour, il était question de faire un état des lieux des dérapages observés et des obstacles auxquels les journalistes ont fait face. Nous avons constaté que le travail du journaliste n’a pas été fait avec efficacité car ils n’ont pas été sensibilisés au processus électoral. Avec les confrères, nous avons identifié les messages de haine dans les émissions, les campagnes de désinformation et les règlements de comptes dans nos médias respectifs. » Explique t-il

Du côté des participants, c’est un sentiment de satisfaction qui domine. Ils ont été outillés sur les outils nécessaires pour ne plus tomber dans le piège des informations erronées et des rumeurs, et pour ne plus diffuser de fausses informations.

Fidel Ushindi, journaliste reporter à WatotoNews, pense que cette formation arrive à point nommé. Elle aborde la thématique de la lutte contre la désinformation et permet de contourner l’intox en période électorale. Il avoue :

« Avant, je me limitais à faire du journalisme classique sans tenir compte des conséquences qui pouvaient surgir après la publication d’un article. » A t-il avoué.

Cette formation a été organisée par l’Association des Journalistes Professionnels (AJP) de Belgique en collaboration avec l’association des femmes journalistes de la presse écrite et grâce au soutien financier de Wallonie-Bruxelles International.

Mitterrand Rukozo

You cannot copy content of this page