avril 21, 2024

Bukavu : face aux dangers de la désinformation et des discours de haine, agir pour la cohésion sociale

Spread the love

La cohésion sociale est essentielle pour que les communautés aient une vision commune et luttent efficacement contre la désinformation et les discours de haine. C’est l’un des messages clés transmis par Frédéric Nugya, assistant à l’Université Officielle de Bukavu, lors d’un atelier de sensibilisation organisé par la Fondation Minja en collaboration avec la MONUSCO du 3 au 4 avril 2024 au quartier général de la MONUSCO à Bukavu.

Cet atelier a réuni plusieurs personnalités publiques et cadres de la société civile. Il a permis d’aborder les différentes causes des conflits dans la société, telles que le clientélisme, le népotisme, la répartition inéquitable des ressources, la conquête du pouvoir et la frustration qui conduit aux conflits identitaires.

Frédéric Nugya a proposé des solutions pour lutter contre la désinformation et les discours de haine. Il a notamment insisté sur le rôle de l’État, qui doit assumer ses responsabilités et jouer un rôle de régulateur. Il a également souligné l’importance de l’éducation et de la sensibilisation pour inculquer aux citoyens l’esprit d’analyse et de critique.

Deux approches complémentaires ont été préconisées, cele de la persuasion pour éduquer la population à l’esprit d’analyse et de critique et la dissuasion pour sanctionner les auteurs de discours de haine.

Gervais Cirhalirwa, chef de travaux dans le département d’histoire à l’Institut Supérieur de Bukavu, a quant à lui retracé l’histoire des « fake news » en RDC et leur rôle de catalyseur des conflits. Il a appelé les participants à être des leaders responsables en luttant contre la désinformation et les conflits internes pour que le pays ne sombre pas dans un « conflit de mille ans ».

Mitterrand Rukozo

You cannot copy content of this page